Fred Nevchehirlian, désormais appelé « Nevché », est né à Marseille, de mère espagnole et de père arménien. Autodidacte échappé d’une formation professionnelle des quartiers nord de Marseille pour gagner la fac de lettres sur le tard, il a commencé à captiver par ses prises de paroles incandescentes dans des soirées «micro ouvert» à l’aube du slam français, puis dans les concerts de Vibrion (découverte Printemps de Bourges 2005, FAIR 2008), son groupe d’origine.

Poésie pressée, sortant en rafales nerveuses, enchaînant les images qui claquent, écriture heurtée, psychédélique et joueuse, sa voix, entre velours mélodique et scansion, le place véritablement à part dans le panorama du rock et de la chanson en France. Après Monde Nouveau Monde Ancien, son premier album sorti en 2009, il a été deux fois Coup de cœur de l’Académie Charles Cros pour sa mise en musique de textes inédits et militants de Jacques Prévert confiés par la petite fille du poète, Le soleil brille pour tout le monde ?

Son dernier album, Rétroviseur, écrit en collaboration avec Ronan Chéneau (auteur de théâtre connu pour ses pièces Fées et Cannibales), et réalisé par Jean Lamoot (réalisateur d’Alain Bashung, Salif Keita…) est le récit sans compromis, abrupt et romantique d’une adolescence à Marseille. Une adolescence d’hier et d’aujourd’hui dans cette ville, qui, loin des clichés d’une cité ensoleillée, excessive et au fort accent, apparaît dans cet album comme on ne l’a jamais présentée : les couleurs sont lessivées ( Si nous marchons ensemble ), c’est souvent l’hiver, le mistral siffle, les plages sont vides (Marseille). On y retrouve aussi la ferveur des premières amours silencieuses (Grands brûlés de l’amour), les errances existentielles (Vas-tu freiner ?), l’atmosphère des longues soirées sur les parkings, et les rêves adolescents de « tout défoncer » (Sur le parking). Sans nostalgie, aucune. Une adolescence commune. Comme partout ailleurs. Enregistré entre Dakar, Marseille, Paris et l’île de la Réunion, Rétroviseur est un disque post-capitale de la Culture dans lequel les souvenirs sépias et velourés invitent à imaginer l’avenir sans paillettes ni projecteurs.

Ancré dans sa réalité, Nevché a fondé à Marseille, où il vit, une coopérative culturelle, Internexterne, qui assure la production de disques, de spectacles et l’accompagnement d’artistes émergents. Comme un symbole, cette coopérative est aussi le fruit d’une réflexion sur les nouvelles économies de la musique et du spectacle vivant à laquelle l’artiste n’a de cesse de réfléchir. Comme un autre chemin, une autre façon de vivre la musique. 

Depuis janvier 2015, Frédéric a été appelé à participer en tant qu’artiste associé et conseiller musique à la programmation, au projet de Francesca Poloniato.