du 28 au 29 novembre 2018

Théâtre

Faÿas

Collectif La Palmera

D'après le texte de Néry Catineau

© Thomas Cauchard
© Thomas Cauchard
© Thomas Cauchard

Présentation

Faÿas est un autre volet du travail du Collectif La Palmera. S'inspirant des Fallas de Valence et des contes d'Andersen, Néry Catineau a imaginé, pour cette pièce, une fable politique et moderne, légère et quelque peu décadente, sur la question du pouvoir et de l’altérité.

Sur une île isolée, cohabitent deux personnages. Turia, au pouvoir absolu, règne en roi et reine à la fois. Vox Populi, son bras droit et son bras gauche, est la représentante d’un peuple imaginaire. Elles parviennent à maintenir entre elles un équilibre qui sera vite perturbé par l’arrivée impromptue de Page, idéaliste, sans attaches et trouble fête. Ce dernier personnage sème le désarroi dans l'imaginaire jusqu’à faire naître l'Ombre, qui elle aussi veut gouverner.
Le texte de la pièce est cousu d’absurde, de rire, de peur et de gravité et remet à juste titre en question les acquis et idées reçues qui fondent les bases de nos sociétés.

Comment, entre imaginaire et utopie, pouvoir et soumission à l’ordre établi, les protagonistes parviendront-ils à trouver, au fond d’eux-mêmes, les réponses à leur nouvelle condition ?

 

Note de l’auteur

« Le pouvoir à qui, pourquoi, comment, jusqu’où et pour combien de temps ? Porte-étendard d’une révolte utopiste prête à bondir, l’adolescence de mon esprit d’auteur prend corps et chemine dans mes réflexions questionnant mon texte au fil de mes écrits.
Qui es-tu, toi qui te dis le roi ? Pourquoi t’obéirais-je ? Si je goûte à ton poison, quel plaisir en tirerais-je ? L’adolescent qui s’impose à la grâce de l’elfe, la puissance du rhinocéros et la spontanéité de l’avenir ; ses questions finissent par déstabiliser ceux qu’il défie et qui ont la naïveté de croire que leur palais est indestructible.

J’ai souvent écrit pour la chanson, le cinéma d’auteur et le conte ; cette fois-ci, j’utilise les ressorts d’une pièce à trois personnages pour partager mes rêves, mes utopies et quelques inquiétudes.
À qui parler en premier ? À tous, dans l’idéal, mais c’est principalement aux jeunes adultes qu’inconsciemment je me confie. À ceux qui contestent, concèdent parfois, se demandent pourquoi céder et trop souvent finissent par le faire pour se conformer au moule.

« Faÿas », c’est la phonétique d’un nom espagnol de la région de Valencia surgissant de mon enfance. Les « fallas » sont des constructions éphémères et grotesques qui dénoncent des problèmes de société. Tel un exutoire, ces enchevêtrements de figures terminent leur existence dévorés par les flammes sous les yeux ahuris de spectateurs fascinés. Comme une de ces « fallas », le texte de la pièce est cousu d’absurde, de rire, de peur et de gravité, remettant en question les acquis et les idées reçues qui fondent nos sociétés européennes. Je puise dans ma naïveté d’enfant pour répondre à des problématiques d’adulte. Je joue aux équilibristes, poussant mes personnages dans leurs retranchements jusqu’à l’extrême. Les contes d’Andersen surgissent en touches impressionnistes de la mémoire collective et sèment le trouble ; le visible et l’invisible fusionnent vers un nouveau Big Bang. Oui, parfois je suis insouciant. Oui, parfois, je rêve de justice immédiate. Oui, parfois, et malheureusement de plus en plus, j’ai peur. Oui, j’ai déjà perdu plusieurs amis victimes d’actes de violence extrémistes. Non je ne céderai pas au fatalisme ni à la vengeance. Alors j’écris pour partager, pour dire, pour questionner, pour respirer, pour vivre. Il me semble urgent, sans chercher à donner de leçons, d’offrir en partage un support de réflexion, issu de la mienne, comme un acte politique agitant quelques sonnettes d’alarme : sommes-nous encore capables de vivre ensemble en harmonie et serions-nous capables d’y arriver même dans le chaos ? Et vous, les plus jeunes, que ferez-vous quand viendra le temps où vous aurez le monde entre vos mains ? »

Néry Catineau


BIOGRAPHIE 

Le Collectif La Palmera : Né de l’initiative d’un cercle de comédiens, chanteurs, metteurs en scène, graphiste, réalisateurs. Le collectif La Palmera investit aussi bien le plateau d’un théâtre, qu’un appartement, un parc, une cour intérieure, une bibliothèque… Animé du désir constamment renouvelé de mettre les spectateurs comme les propositions artistiques dans un « temps réinventé ». En 2010, la Palmera investit un lieu : une maison attenante à une grange dans la ville de Coussay- Les-Bois (86), qui devient un carrefour, à la fois foyer et vivier du collectif où se créent les projets. Depuis sa naissance, le collectif investit plusieurs domaines artistiques : l’image (La Boca, docu-fiction réalisé par Néry) ; la poésie (À deux mains, proposé par Damien Dutrait et Damien Richard) ; la musique (Le Grand Bal Pop Hilare, dans divers lieux depuis 2011, et le conte musical Le violon virtuose qui avait peur du vide, créé au Festival « Les Vacances de Monsieur Haydn »). En théâtre, Le Dragon d’Evgueni Schwartz ; P’tite Souillure de Koffi Kwahulé ; Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort… d’après Andromaque de Racine. Leurs nouvelles créations Poussière(s) et Fäyas sont construites comme un diptyque autour de l'univers du conte.

Néry Catineau : Auteur, comédien, chanteur, metteur en scène, Néry a un parcours atypique. Formé à l’école CFT des Gobelins, il s’oriente vers la scène et l’image. Il suit les cours de théâtre d’Yves Pignot et fait un stage déterminant avec Philippe Hottier. En 1982, il créé le collectif « Super Trollop » (courts-métrages Massacre à la Poinçonneuse, Le travail du fer, nommé aux Césars, 1987). Il mène parallèlement une carrière de chanteur-compositeur avec « les Nonnes Troppo » puis « les VRP », qui le mène aux quatre coins du monde. En solo, il sort trois albums, La vie c’est de la viande qui pense (prix de l’académie Charles Cros), Vol Libre et Belgistan, réalisé par Matthieu Chedid. Il accompagne dans leur travail de scène des chanteurs comme Olivia Ruiz, Romain Didier, Daniel Lavoie, Christine and the queen, Gaël Faure, Enzo Enzo, Khalid K., Jean Guidoni… Il met en scène Le Dragon, d’Evgueni Schwartz, Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus…, d’après Racine. Il collabore avec le collectif Io (La Petite Marchande d’Allumettes et Aventures surréalistes). Il est l’auteur et récitant du conte musical Le violon virtuose qui avait peur du vide.

Voir, écouter et lire

Le Dauphiné Libre

Un aller-retour entre deux fables, qui auront su tenir en haleine et ravir des spectateurs médusés par autant d'inventivité et de talent. [...] Fayäs, une bouffée de fraîcheur impertinente qui puise sa force dans un dépoussièrage en règle du conte et de la fable. [...] Juste génial !

Gerard Lucas

Décembre 2017

Zibeline

Le spectacle fascine, par ses trois puissant(e)s comédien(ne)s, ses lumières et ses sons de hautes volées, la subtilité de ses vidéos jusqu’au final sublime d’une reine en feu.

Agnès Freschel et Marie Godfrin-Guidecilli

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Mercredi 28 novembre 2018

Théâtre

Rencontre à l'issue de la représentation

Génerique

Texte et mise en scène : Néry Catineau • Collaboration à la mise en scène : Paul Nguyen • Avec : Adrien Bernard-Brunel, Clotilde Daniault,  Virginie Gritten • Musique : Nicolas Cloche • Lumières et vidéo : Pierre-Emile Soulié • Ingénieur du son : Pierre Tanguy • Collaborations artistiques : Celia Canning, Laurence Falzon et Denis Pégaz-Blanc, Marielle Guyot, Marine Combrade • Photos : Thomas Cauchard


 production : Collectif La Palmera • coproduction :  La Passerelle (Scène nationale de Gap) • soutien : Monfort Théâtre (Paris)

On vous suggère