vernissage : 13 novembre • exposition visible jusqu'au 10 février

Expo

LA FRANCE VUE D'ICI #1

Pablo Baquedano / Mathieu Farcy / Stéphane Lavoué

ImageSingulières & Médiapart

© Stéphane Lavoué
© Stéphane Lavoué
© Pablo Baquedano
© Pablo Baquedano
© Mathieu Farcy
© Mathieu Farcy
© Mathieu Farcy

Présentation

« La France diverse comme le peuple qui l’habite » a écrit Paul Valéry. C’est à la recherche de cette richesse, autant des paysages que des habitants que nous partons pour ce premier volet de LA FRANCE VUE D’ICI (second volet à partir du 26 février 2019).
Le Finistère de Stéphane Lavoué nous montre le pays Bigouden comme un bout du monde majestueux de tempêtes et de gueules cassées par le travail harassant des poissonneries.
Les Ardennes, territoire oublié et sombre, se dévoilera sous le somptueux noir et blanc de Pablo Baquedano. Les usines sont fermées, les Ardennais courbent l’échine mais sont debout et dignes.
Mathieu Farcy, quant à lui, dans une posture plus contemporaine nous montre les points de vue. Ceux où l’on s’arrête pour la traditionnelle photo-souvenir et il s’attache autant au décor qu’aux touristes de passage.


 LA FRANCE VUE D’ICI est née en 2014 pour dresser un état des lieux photographique de la France jusqu’en 2017. Ce projet ambitieux vise à répondre à la nécessité de témoigner visuellement des mutations de la société française. Porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et le journal en ligne Mediapart, LA FRANCE VUE D’ICI regroupe 26 photographes, 4 journalistes et 46 reportages sur la France métropolitaine et outre-mer.


LA FRANCE VUE D’ICI un projet ImageSingulières & Mediapart : www.lafrancevuedici.fr


BIOGRAPHIE :

 

Voir, écouter et lire

7 juin 2017

Le Point Culture

Stéphane Lavoué et son extraordinaire don pour le portrait, qu’il relève de la figure huamine ou du paysage.

Brigitte Hernandez

5 février 2015

L’Ardennais

Pablo Baquedano s’est immergé dans les Ardennes pour un reportage saisissant.

Julien Azémar

Septembre 2016

Polka

Pablo Baquedano :  Il y a de la poésie dans ses photos en noir et blanc. Une lueur au milieu de l’ennui. Mais aussi de l’insolite et de l’extra dans l’ordinaire.

14 mars 2017

Actuphoto

Stépahane Lavoué : Lorie, dans ses habits de trieuse de poisson, on peut voir en elle une Madone des temps modernes, ou une nouvelle muse de Vermeer.

Génerique

Un projet de : ImageSingulières et Médiapart